Des cordes pour ensoleiller ce premier jour de festival !

23/07/2016

La balade du Trient a en elle même quelque chose de musical. D'un côté le ruisseau qui chante, en contrebas le torrent, et plus on avance plus on est pris dans un crescendo d'eau.

Aujourd'hui les organisateurs redoutaient qu'il pleuve des cordes... Elles ont bien au contraire ensoleillé ce premier jour de festival !

L'oud, le Cosmo nous en a offert un beau panorama (avec Dhafer Youssef, Mohamed Abozekry, le trio Joubran) mais sa combinaison avec le qanûm est ici inédite ! Les deux frères jouent ensemble depuis l'enfance et ce mélange entre la gravité de l'oud et les sons plus incisifs du qanûm, c'est véritablement leur langue. Aux côtés de ces deux instruments dont la polyphonie offre une trame très riche il y a le violon, qui par sa monodie semble planer. Leur musique accompagne les nuages, couvrant et découvrant la montagne tout autour.

Après un premier bis,  où Hamza et Amine interprètent un chant traditionnel tunisien, on mesure l'apport non pas du mais des métissages dans leurs compositions. Comme cette « Letter to God »,  qu'ils rejouent pour finir le concert. Un titre très touchant - écrit ces derniers mois - et reflétant leurs - nos - interrogations.


Plus d'actus